• Les coiffures et le maquillage de Cléopâtre au cinéma

     

    La mythique reine égyptienne Cléopâtre a connu de nombreuses adaptations cinématographiques tout au long du XXe, et même du XXIe siècle.

    Dans tous ces films, les représentations de cette reine, essentiellement connue pour sa beauté captivante, notamment avec un regard assez pénétrant accentué par le trait de liner, montrent comment les clichés liés à son aspect physique perdurent encore aujourd'hui et n'ont pas vraiment évolué malgré tout.

    Nous pouvons donc nous demander en quoi ces adaptations cinématographiques de Cléopâtre représentent la société de l'époque. Pour y répondre nous nous appuierons sur différentes oeuvres plus ou moins connues.

     


     

     

    Le film le plus ancien connu concernant cette reine est Cléopâtre de 1912 dont le rôle est joué par Helen Gardner et réalisé par Charles L. Gaskill.

    Nous n'avons que très peu d'informations sur ce film du fait de son ancienneté. En ce qui concerne les coiffes et le maquillage de Cléopâtre, ils ne sont pas exubérants et plutôt simples, contrairement à ce que nous avons l'habitude de voir aujourd'hui. Cette simplicité est due à l'époque ainsi que le contexte dans lequel le film a été tourné, où la femme n'est pas du tout émancipée ou du moins elle n'est pas exubérante et assez discrète. Cléopâtre possède donc de belles tenues, car c'est tout de même une reine, mais qui restent assez simples, de même que son maquillage plus léger.


     

    En 1917 encore, la Cléopâtre du film éponyme de 1917 est jouée par Theda Bara, qui ne ressemble aucunement à la Cléopâtre d'Helen Gardner cinq ans plus tôt.

    Theda Bara est en effet la vamp de l'époque : elle arbore un maquillage très noir au niveau des yeux, ce qui rend son regard plus pénétrant et la rend donc plus impressionnante. Quant à ses costumes, ils sont beaucoup plus légers, si l'on peut dire, car le réalisateur J. Gordon Edwards ose des tenues plus dénudées qui vaudront au film de nombreuses censures.

     

     

    Malheureusement, les dernières copies ont brûlé dans un incendie de la Fox, il ne reste aujourd'hui que des fragments. Ce film assez choquant et osé pour l'époque propose une image de la femme presque nue, qui n'est pas une représentation de la société de son temps, mais est plutôt révolutionnaire et s'élève en quelque sorte pour faire entendre la voix d'une femme séduisante, maîtresse de son corps et jouant de ses charmes.


     

     

    En 1934, c'est Claudette Colbert qui interprète Cléopâtre dans un film réalisé par Cecil B. DeMille, qui met l'accent sur la vie sentimentale de cette reine, amoureuse d'abord de Jules César puis de son général Marc Antoine. Elle se suicidera après la conquête de l'Egypte par Octave.

    Les coiffes deviennent beaucoup plus travaillées et se rapprochent de celles qu'utilise le cinéma aujourd'hui. Le maquillage est présent, mais sans être outrancier, il accentue seulement les yeux afin de souligner le regard. Sur ses coiffes, nous pouvons retrouver quelques symboles égyptiens tels que le serpent, qui montre que Cléopâtre n'est en rien similaire aux Romains et s'en démarque donc. Dans la  société américaine où évolue Claudette Colbert, le personnage de Cléopâtre représente la femme séduisante par excellence, venue d'ailleurs et qui s'affirme avec ses tenues. En 1934, bien que la condition de la femme ne soit pas optimale, elle commence à évoluer un peu, comme le montre cette adaptation assez différente et plus moderne que les précédentes.

     


     

     

    Vivien Leigh est l'interprète de Cléopâtre dans César et Cléopâtre de 1945, réalisé par le britannique Gabriel Pascal. Il revient sur le premier siècle avant J.C avec un Jules César à la poursuite de son rival Pompée et qui débarque en Egypte avec son armée.

     

    Vivien Leigh possède un maquillage très léger, mais où l'on commence à avoir un trait de liner plus prononcé et plus long sur le côté de l'oeil. Pour les coiffes, elles sont très volumineuses et assez travaillées. Dans le contexte de la Seconde Guerre Mondiale, les femmes connaissent plus de libertés et gagnent certains droits fondamentaux. Cette Cléopâtre affirme sa féminité avec un maquillage qui souligne ses yeux et une grande coiffe qui rehausse sa tête. Cette Cléopâtre représente bien la femme de son temps, celle qui affirme pleinement celle qu'elle est : une femme séduisante et de pouvoir.


     

    Due notti con Cleopatra de 1953, réalisé par Mario Mattoli et interprété par Sophia Loren, est un film beaucoup plus sensuel que les autres.

    Le titre est déjà assez évocateur : Cléopâtre est souvent dans des positions féminines jouant de son charme. Elle a les yeux soulignés et des sourcils très fins mais ne possède pratiquement pas de coiffes, elle a souvent les cheveux attachés sur le côté pour avoir le visage dégagé. La seule coiffe assez importante qu'elle porte, c'est lorsqu'elle sort et se montre au peuple avec ses deux sceptres de reine d'Egypte. Elle est souvent allongée au bord d'une piscine en tenue légère, et on peut la voir également seins nus. Dans les films précédents, bien qu'elle soit séduisante et qu'elle le sache, c'est avant tout une figure politique, c'est la reine d'Egypte. Dans celui-ci, le réalisateur met plus l'accent sur la femme qu'elle est, qui nourrit encore aujourd'hui une sorte de mystère fascinant. C'est donc l'image contemporaine qui lui est attribuée, celle d'une femme puissante dont sa force provient de son charme et qui obtient tout ce qu'elle désire grâce à sa beauté physique envoûtante.


     

     

    Linda Cristal interprète l'Egyptienne dans Les Légions de Cléopâtre de 1960. C'est un péplum franco-italien réalisé par Vittorio Cottafavi.  Lorsque Octave remporte la bataille navale d'Actium, Marc-Antoine se réfugie à Alexandrie. Il espère que ses légions alliées à Cléopâtre pourront rétablir la République romaine.

    Linda Cristal possède des coiffes qui se rapprochent beaucoup de celles utilisées actuellement. En effet ces coiffes sont à la longueur d'un carré orné de tresses, avec des perles et sa couronne au-dessus. Lorsqu'elle se montre à quelqu'un d'important, elle arbore une coiffe encore plus impressionnante, car la partie supérieure dorée est beaucoup plus travaillée. Quant au maquillage, il est plutôt fin, les yeux et le coins des paupières sont maquillées pour donner un effet plus grand de l'oeil et donc plus séduisant. Dans des années 50/60 où les images de pin up se multiplient, Cléopâtre est la représentation assez parfaite d'une femme séduisante qui joue de son charme et qui sait ce qu'elle veut.

     


        

     

    La Cléopâtre de 1963, réalisée par Joseph L. Mankiewicz et interprétée par la belle Elizabeth Taylor, reste le film le plus connu. Il retrace la vie tumultueuse de cette célèbre reine d'Egypte. Outre sa durée, plus de quatre heures, ainsi que sa mise en scène spectaculaire, il est connu pour être l'un des films les plus chers de tous les temps.

    En 48 avant J.C, Jules César tombe amoureux de la reine d'Egypte, lui fait un fils et la rétablit sur son trône. Quatre ans plus tard, après l'assassinat de César, c'est Marc-Antoine qui ne peut résister au charme de Cléopâtre.

     

     

    C'est avec ce film que le maquillage de Cléopâtre fait un bond considérable. En effet, outre le trait de liner très travaillé, les paupières sont entièrement maquillées avec du bleu. Par contre, les lèvres sont restées neutres pour ne pas attirer l'attention sur la bouche mais plutôt sur les yeux magnifiques de l'actrice. Quant aux coiffes, certaines sont plutôt simples, comme une carré tressé et quelques bijoux incrustés dedans, mais certaines sont connues pour leur volume impressionnant et leur travail. Nous pouvons retrouver beaucoup de petits détails sur ses coiffes.

     

     

    Cette Cléopâtre apparaît dans une industrie du cinéma américaine qui développe à présent des films à gros budget. La mise en scène et le personnage sont extrêmement travaillés, dans un secteur artistique et commercial où la concurrence se fait rude. Cependant Cléopâtre n'a pas eu à se soucier de ce problème car ce film reste culte, encore aujourd'hui. Le maquillage de Liz Taylor correspond bien à l'époque, celle où les femmes osent de plus en plus de choses, et où la séduction peut s'associer au pouvoir.


     

     

    Antoine et Cléopâtre de 1971 est une adaptation cinématographique de Rank Organisation de la pièce de Shakespeare du même titre. Il est réalisé par Charlton Heston, avec Hildegarde Neil en Cléopâtre.

     

     

    Celle-ci ne possède pas de coiffes très volumineuses comparées à d'autres. Le maquillage est également très léger. Elle a les cheveux tressés mais lâchés, et juste une petite couronne autour de la tête. En revanche, pour que l'on sache tout de même que c'est une reine assez puissante, elle porte de grand colliers dorés.

    Dans les années 70, les femmes sont très maquillées, cette interprétation de Cléopâtre s'éloigne de cette habitude pour un retour à plus de simplicité. En effet, nous avons connu une Elizabeth Taylor extrêmement maquillée, alors que celle-ci se rapproche plus des Cléopâtre du début du XXe siècle, dans un style plutôt classique mais qui met en valeur la femme.


     

     

     

    Leonor Varela est l'interprète de Cléopâtre réalisé par Franck Roddam de 1999.  C'est une mini série américaine.

     

     

    Leonor Varela garde souvent les cheveux libres, sans grandes coiffes, mais attachés avec une petite couronne qui laisse le haut de sa chevelure visible. La seule fois où on la voit avec une grande coiffe dorée et ses deux sceptres, c'est lorsqu'elle se montre à un public plus nombreux. Son maquillage n'est pas exagéré, mais le trait de liner sur le côté et le tour des yeux sont tout de même présents. Par contre, elle possède souvent de longues boucles d'oreilles assez volumineuses qui peuvent remplacer en quelque sorte son absence de coiffes.

    Cette Cléopâtre est assez représentative de son époque. En effet, les maquillages et coiffures osées sont un peu laissés de côté par la majorité des femmes, qui retournent vers un style plus simple et un maquillage présent mais finalement plutôt discret qui passe partout. Cependant, cette Cléopâtre représente tout de même une belle reine, mais sans exagération.


     

     

     

    Dans la comédie Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre de 2001 réalisé par Alain Chabat, c'est Monica Bellucci qui incarne la belle reine. Il s'agit de l'adaptation de la bande dessinée Astérix et Cléopâtre (1963) de René Goscinny et Albert Uderzo.

    Dans ce film, nous retrouvons une Cléopâtre que l'on a l'habitude de voir, c'est-à-dire avec de grandes coiffes et un visage très maquillé au niveau des yeux ainsi que les paupières souvent poudrées de blanc. La femme qu'elle est est bien mise en valeur, à l'aide de ses tenues assez décolletées aussi.

     

     

    C'est une comédie, tout est donc plutôt exagéré, cependant Monica Bellucci incarne la parfaite Cléopâtre, tele que se l'imagine le public : une belle femme, très maquillée et avec de grande coiffes, assez arrogante parfois, car elle sait parfaitement ce qu'elle veut. Elle ne représente pas vraiment la société en elle-même, mais plutôt ce que la société a fait du mythe Cléopâtre.


     

     

     

    Dans le téléfilm  Jules César d'Uli Edel de 2002, c'est Samuela Sardo qui interprète la reine d'Egypte. Il s'agit de l'adaptation romancée de la vie de Jules César de 82 av.J.C où il a 18 ans, à sa mort en - 44.

    Les maquillages reviennent  à la simplicité, avec le contour des yeux et un petit trait de liner. Les coiffes quant à elles ne sont pas très hautes, mais assez travaillées, prenant la quasi-totalité de la tête. Cependant nous pouvons aussi la retrouver avec ses cheveux naturels et complètement lâchés, mais elle porte alors des bijoux d'oreilles volumineux pour compenser un peu.

    Son maquillage est plus proche de la société actuelle, c'est-à-dire avec un marquage des yeux suffisant pour souligner le regard et le rendre assez pénétrant, mais sans exagération. Les coiffes correspondent assez à son personnage, cependant c'est assez rare de voir une Cléopâtre les cheveux lâchés et sans rien dessus, comme nous pouvons la trouver dans ce téléfilm. En 2002, la femme est beaucoup plus libre que durant le XXe siècle, les coiffes et maquillages ne ressemblent plus tellement à l'époque car le XXIe siècle est un retour à la simplicité, après les années folles connues avec le siècle précédent. Les codes vestimentaires et maquillage sont imposés non pas par la société mais bel et bien par l'imaginaire qui a donné à cette reine tous ces aspects physiques qui la caractérisent. Cependant, nous ne sommes pas sûres que la véritable Cléopâtre, celle qui a existé, possède un dress code aussi complexe et travaillé...


     

     

     

    Dans la série Rome de 2005 et 2007, réalisée par John Milius, William J. MacDonald ainsi que Bruno Heller, Lyndsey Marshal, l'interprète de Cléopâtre est surtout présente dans la saison 2.

     

     

    C'est un personnage assez intéressant, car c'est la première fois que l'on voit réellement une Cléopâtre aux cheveux courts. En effet, elle possède des coiffes plus ou moins travaillées selon les circonstances, mais lorsqu'elle est dans son palais et qu'elle ne reçoit personne, elle aborde une coupe très courte. Pour son maquillage, c'est toujours l'éternel trait de liner mais pas outrancier.

    Cette version de Cléopâtre représente la femme contemporaine, qui assume sa coupe courte, appelée "coupe à la garçonne" depuis les années 30, car avant une femme ne devait porter que des cheveux longs, la longueur était réservée aux femmes et le court aux hommes. Cette Cléopâtre casse donc en quelque sorte le mythe de le reine aux cheveux longs.


     

     

    Enfin, nous terminons par Cléopâtre, la dernière reine d'Egypte de 2008, comédie musicale de Kamel Ouali et interprétée par Sofia Essaïdi. Le spectacle raconte l'histoire de la dernière reine d'Égypte, Cléopâtre VII, du moment où elle rencontre César et le séduit, jusqu'à sa mort.

    Sofia Essaïdi donne une interprétation assez différente de cette reine grâce à la comédie musicale qui change du film traditionnel. Le maquillage est très exagéré, mais c'est notamment dû au fait qu'il s'agit d'un spectacle, donc tout doit être accentué pour que tous les spectateurs puissent le voir. Les coiffes ne sont pas tellement volumineuses mais plutôt assez travaillées, et avec des touches de couleurs pour être plus visibles.

     


    Comme nous avons pu le constater, il y a eu de nombreuses adaptations inspirées de cette grande reine. Les représentations cinématograhiques du personnage de Cléopâtre ont évolué en même temps que la société. Cependant certains films ont cherché à casser les codes de leur époques en osant certains maquillages ou même certaines tenues. Cléopâtre est un mythe qui s'est construit dans l'imaginaire du public, qui a fini par en faire un personnage cliché avec son trait de liner et ses coiffes très travaillées. Pourtant ce personnage continue de fasciner, d'émouvoir un grand nombre de personnes. Même si Cléopâtre n'était pas si maquillée que cela en réalité, elle reste une figure de séduction, de pouvoir  et de charme intemporels.

     


    Loréna V., 1S2 et Lou C., 1S3