• La transmission du savoir par les Arabes (4)

    La technique de la distillation dans l'un des cinq Traités d'alchimie - British Library, Ms add.25724, fol.36 - XVIIIe s.

     

    II – La physique, l'optique et la chimie

    1- La physique et l'optique

    A la fin du Xe siècle, le mathématicien perse Abou Saʿd al-ʿAlaʾ ibn Sahl a écrit un traité d'optique sur les miroirs et les lentilles. Il y mentionne pour la première fois la loi de la réfraction : considérant les triangles rectangles (en haut à gauche), le rapport des deux hypoténuses est une constante du système.

     

     

    Taqi al-Din et al-Kindi eux aussi ont écrit des ouvrages d'optique. Ibn al-Haytham surtout, au Xe siècle, a réalisé d'importants travaux sur la lumière.

     

    www.granger.com

     

     2- La chimie et l'alchimie

     

    La civilisation arabo-musulmane compte des alchimistes / chimistes renommés. En cherchant de l'or, ils travaillent sur d'autres matières, comme par exemple l'acide nitrique, et ils perfectionnent la distillation (alambic est un mot d'origine arabe, comme alcool). La chimie connaît une impulsion décisive avec Jâbir Ibn Hayyân (vers 845), qui s'illustra avec la manipulation de nombreux produits minéraux, végétaux et animaux.

    Cette édition de 1545 en latin du traité de Jabir (Geber) témoigne de sa très grande influence en occident dès la fin du XIIIe siècle.

     

    Dans le domaine de l'application technique des découvertes en chimie, il faut signaler le développement sans précédent de l'industrie papetière, qui conduira à la mise au point d'encres et de papiers de qualités différentes, capables de supporter dorures et enluminures. La rame de papier est un autre mot d'origine arabe (ramza). Le papier sera l'une des grandes avancées technologiques du Moyen Age, une de celles qui ont permis au savoir de faire véritablement un bond en avant.

     


    Imran S., 204