• Débat autour de Gladiator

    Affiche de Gladiator

     

    Après une projection de Gladiator, on organise un débat entre les spectateurs. Il y a dans l'assistance des professeurs, des étudiants, des journalistes, mais aussi des gens qui n'ont aucune connaissance particulière de l'antiquité. Tous n'ont pas la même opinion sur le film. Imaginez le débat .

     
     

    Journaliste 1

    Mme Medina

    Journaliste 2

    Mme Mirales

    Prof Histoire

    Mme Charbonnier

    Prof Latin/Grec

    M. Veluire

    Elève 1

    Christa

    Elève 2

    Bastien

    Elève 3

    Loana

    Elève 4

    Carole

         

      Personne sans connaissances particulières 1

    Mme Ligier

      Personne sans connaissances particulières 2

    M. Lefebvre

     

     

     

       

    Mme Charbonnier

     

    Très bien, le film étant terminé, chacun de vous peut-il me donner son point de vue ?

       

    Loana

     

    C'était un super film ! Certes, il est violent, mais les scènes romantiques calment le jeu, comme la scène où Maximus se retrouve avec Lucilla après la guerre contre les Germains, mais aussi celle où Lucilla embrasse Maximus. C'est un beau film que j'ai apprécié.

       

    Mme Charbonnier

     

    Mmmm… Intéressant. Et toi, Bastien, qu'en penses-tu ?

       

    Bastien

     

    C'est un film que j'ai beaucoup apprécié : les scènes de violence sont bien détaillées et on peut bien analyser les mouvements des gladiateurs. Cela montre leur difficulté, et c'est ce que j'apprécie, car au moins, on peut dire que Maximus se sera « battu »,  dans le sens exact du terme, pour parvenir à son but.

       

    Carole

     

    Je ne suis pas d'accord avec toi, Bastien. Les scènes de violence sont justement trop détaillées à mon goût, et ça m'a heurtée.

       

    Bastien

     

    Tout n'est pas rose, Carole. Il faut bien montrer le combat des gladiateurs pour mettre du piment dans ce film. Trop de scènes mignonnes, comme celles qu'a citées Loana, tuent les scènes mignonnes et c'est ennuyeux.

       

    Mme Mirales

     

    Je vois que vous vous concentrez essentiellement sur l'ambiance de ce film. Mais que pensez-vous de sa structure ? La manière dont il a été filmé vous a-elle plu ? Je veux dire par là : est-ce que vous pensez que les angles de prises de vues sont corrects et correspondent à la scène tournée à chaque fois ? La musique joue-t-elle un rôle dans tout cela ? Est-elle capable de jouer un rôle sur la sensibilité du spectateur ?

       

    Loana

     

    Je pense qu'en effet ce film est bien structuré. En effet la musique joue un rôle et elle peut même atteindre notre sensibilité dans une scène en particulier. Dans celle où Maximus meurt, par exemple, la musique est en rapport avec la scène, et c'est justement cette musique qui m'a fait verser une larme. En ce qui concerne la prise de vue de chaque scène, je pense que chacune d'elles est adaptée et peut aussi nous atteindre. Je prends de nouveau un exemple : la scène de combat. Elle est tournée avec des prises de vue rapides, qui montrent la rapidité des soldats au combat, et puis les gros plans sur Maximus au ralenti quand il se bat montrent son agilité, sa force. Puis il y a aussi la scène d'accueil de Commode à Rome. Elle est glorieuse pour Commode, et c'est l'accueil typique d'un empereur, même s'il ne l'est pas devenu dans de bonnes circonstances...

     

     
       

    Mme Médina

     

    Je vous arrête. Je vous observe depuis tout à l'heure, et votre point de vue m'intéresse. Justement que pensez-vous de cette scène ? N'avez-vous donc rien remarqué, jeune fille ?

       

    Loana

     

    Pas vraiment, hormis le fait que c'est une belle scène...

       

    Mme Médina

     

    Avec les connaissances que j'ai acquises lors de mes voyages pour mon travail, notamment en Italie, je peux vous assurer que Rome n'était pas aussi spacieuse que dans le film. Les rues étaient étroites et bien plus petites. Il n'y avait pas de grande allée pour l'entrée de Commode au Sénat… De plus, Il y a un lien entre cet accueil glorieux de Commode et un phénomène historique qu'est le nazisme, que Ridley Scott a voulu mettre en avant. Il y a des signes qui ne trompent pas .

        Loana   Là, je ne saurais pas répondre…
       

    Mme Médina

     

    C'est simple. Le nazisme est caractérisé par son totalitarisme et sa puissante dictature. Or on peut remarquer, à quelques points près, que Commode a des façons d'agir similaires à celle d'Hitler et même carrément semblables. Comme le fait de tuer pour arriver au pouvoir, de détruire ce qui lui pose problème sans même chercher un moyen plus rationnel de régler le désagrément. Et puis même son accueil est similaire à celui de Nuremberg ! Regarde, il est entouré de soldats, il se tient aussi droit et fier qu'Hitler, alors qu'il est en réalité horrible et cruel. Et on peut voir cet aigle au bout du drapeau que portent les soldats, symbole nazi avec Hitler.

        Loana  

    Oui, certes, mais cependant cela peut montrer à quel point Rome est grande et puissante, et cela se voit dans les sculptures situées autour du Sénat à ce moment là.

       

    Mme Médina

      Qui sont purement fictives et réalisées par ordinateur. Mais cela fait référence au nazisme d'Hitler, et c'est important à savoir.
        Bastien   Mais madame, cela peut également nous dire : « Regardez sur quoi cet assassin va gouverner, observez ce que Maximus n'a pas eu. »
       

    Mme Médina

     

    Oui je suis tout à fait d'accord avec toi. Mais je trouve que mentir sur l'architecture de Rome n'est pas très utile, peut créer des débats et ainsi faire baisser la cote de ce film par ailleurs si bien réalisé.

        Mme Charbonnier   Alors là, je ne suis pas du tout d'accord. Ce film est effectivement un beau film, mais il est truffé d'anachronismes, de raccourcis et d'erreurs historiques…
       

    Mme Médina

     

    Eh bien allez-y, éclairez-nous sur ce point, je vous en prie.

       

    Mme Charbonnier

     

    D'abord, on peut signaler que l'Histoire a été raccourcie de manière phénoménale. Dans le film, on a réussi à réduire douze ans en deux heures et demi de film, alors que l'on a la nette impression que l'intrigue dure un an tout au plus. Et puis Lucius aurait dû grandir dans toute cette aventure, et il aurait vingt-quatre ans ! C'est une énorme erreur qui se repère facilement. Et …

       

    Christa

     

    Il y a également les feux grégeois pendant la scène de combat entre les Germains et les Romains.

       

    Mme Charbonnier

     

    Oui ! Exactement ! Les feux grégeois qui sont inventés au VIIeme siècle de notre ère par les Byzantins ! Et donc pas sous le règne de Commode… De plus, lorsque Maximus ordonne : « A mon signal, déchaîne les enfers... », cela n'a rien d'authentique, car les Romains ne voyaient pas du tout l'Enfer de cette manière. C'est une vision de l'Enfer qui naît à l'époque médiévale ! De plus, une erreur que la quasi-totalité des producteurs font dans des films, des séries ou des dessins animés, c'est de donner aux soldats la même armure, alors qu'à cette époque, les armures étaient celles des ancêtres, et donc personne n'avait la même...

       

    M. Veluire

     

    Oui. Et si je puis me permettre, au début du film on parle du règne de Marc Aurèle avant J.C. Mais c'est une grossière erreur, car il a régné après J.C. Et là, il n'y a pas d'explications rationnelle : les créateurs du film se sont juste mal renseignés…

       

    Mme Charbonnier

     

    Mais ce n'est pas grave, ça. On remarque que lors de la scène de combat entre les Germains et les Romains, la technique de combat est fausse ! Car les Romains devaient maintenir une ligne lors des combats et rester le plus alignés possible, et non pas se disperser dans tous les sens comme ils l'ont fait. Cela aboutissait toujours à des défaites.

       

    Mme Mirales

     

    Oui, mais enfin j'ai du mal imaginer que les gens vont apprécier cette scène de bataille si les soldats doivent resteret se battre en ligne. C'est en effet une erreur, comme tu le dis, mais...

       

    Bastien

     

    Oui, quand même une assez grosse erreur !

       

    Mme Mirales

     

    Mais enfin, il faut bien distraire le public avant toute chose ! Cette scène violente est réalisée de manière à divertir le spectateur. Il ne le sera jamais avec une scène authentique mais sans action. Regarde... Le spectateur entend le mot « guerre », il songe à une scène « violente ». S'il n'y a pas assez de violence, il s'ennuiera pendant cette scène et pourrait même être déçu pour le reste du film : il sera plus exigeant et en voudra plus dans les autres scènes. Et ça, ce n'est pas bon. La popularité du film et les critiques pourraient être mauvaises : on ne réalise pas un film pour soi, on le réalise pour les autres ! Pour qu'ils soient satisfaits et se disent « whaou ! j'ai adoré ce film ! »

       

    Bastien

     

    Là, c'est moi qui dit « whaou », parce que je ne m'attendais pas à de telles conséquences si on avait respecté à la lettre la technique de combat des Romains.

       

    Loana

     

    C'est au final une erreur voulue et également une bonne erreur. Car le spectateur se « fiche » en quelque sorte de la technique de combat, tout ce qu'il veut, c'est en prendre plein la vue.

       

    Mme Mirales

     

    C'est exactement cela.

       

    Loana

     

    Mais repenchons-nous sur les anachronismes, s'il vous plaît. Je suis une fille et vous savez, je m'y connais en mode et...

       

    Bastien

     

    Oh non ! pas de mode, s'il te plaît !

       

    Loana

     

    Bastien, tu as déjà vu un corset dans un film concernant la période de l'antiquité, alors qu'il n'a été inventé qu'au Moyen-Age ?

     

     
       

    Bastien

     

    Oh, mais on s'en fiche un peu, ce n'est qu'un détail, tu sais...

       

    Loana

     

    Un détail qui a son importance, figure toi ! On ne mélange pas deux périodes dans un film de ce type ! Cela ne donne plus de sens si on regarde bien.

       

    Bastien

     

    Oui, d'un côté c'est vrai, c'est un détail qui a son importance. Mais la robe de Lucilla n'apparaît pas souvent, donc on ne peut pas voir si elle est bien du Moyen Age. Je pense que tu me parles de la robe marron de Lucilla au moment du combat entre Commode et Maximus, mais on ne la voit que très peu de fois, sauf à la limite au moment où elle descend dans l'arène de combat, et où là on la voit en pied.

       

    Mme Ligier

     

    Mais le fait qu'elle ait un air ancien peut justement nous tromper, non ?

       

    Mme Charbonnier

     

    Oui, en effet. Cela peut être trompeur, mais il faut avoir de bons yeux pour remarquer ce genre de détail. Loana, tu as bien détecté un anachronisme.

       

    Loana

     

    C'est un anachronisme qui me paraît plus ou moins remarquable. Mais est-ce qu'il y a d'autres petits détails comme celui-là ?

       

    M. Lefebvre

     

    Eh bien je ne sais pas, mais Commode m'a l'air bien faible pour un empereur, et pas du tout intimidant physiquement.

       

    Mme Charbonnier

     

    Où voulez-vous en venir ?

       

    M. Lefebvre

     

    Je veux en venir au fait que certains acteurs n'ont pas la carrure requise par rapport au physique réel de la personne. Enfin je ne sais pas, mais je n'ai pas l'impression que Joaquin Phoenix soit l'acteur idéal en fait … J'ai tort ?

       

    Christa

     

    Ah oui ! Le physique de Commode, par exemple !

     

     
       

    M. Lefebvre

     

    Tu a l'air de t'y connaître, lance-toi.

       

    Christa

     

    D'accord. Donc, l'acteur qui incarne Commode ne ressemble pas du tout au vrai Commode ! Le vrai Commode était une armoire à glace, une bête... Il était puissant, viril, blond, et il était grand et musclé alors que là... Ce n'est pas du tout le cas. Regardez, je suis fan d'antiquité et j'ai une photo de Commode, du vrai ! Observez la différence...

     

     
       

    Mme Charbonnier

     

    Ah ! C'est le buste sur lequel il a une peau de lion sur la tête ?

       

    Christa

     

    Tout à fait.

       

    Mme Charbonnier

     

    D'accord ! je me disais bien aussi... Oui, tu as raison, dans le film il est bien plus faible que celui qui a réellement existé.

       

    M. Veluire

     

    Oui, moi aussi je suis tout à fait d'accord. Mais ce n'est pas le physique qui est recherché avant tout. Joaquin Phoenix est quelqu'un qui peut jouer à la perfection le rôle machiavélique et sans coeur de Commode. Cet acteur est aujourd'hui l'un des plus reconnus d'Hollywood ! Ridley Scott n'a pas cherché midi à quatorze heures, il a pris le meilleur acteur, celui qui a les meilleures capacités pour jouer Commode, un rôle très difficile car il doit jouer des scènes où il passe parfois d'un sentiment à un autre. C'est un personnage qu'on peut prendre en pitié, tant il est bien interprété.

       

    Loana

     

    Je suis amplement d'accord. Le but, c'est d'avoir le meilleur acteur, un acteur qui va heurter les spectateurs.

       

    M. Lefebvre

     

    Mais c'est tout de même important d'avoir le physique pour le rôle, non ?

       

    Loana

     

    Je pense que le but premier de ce film est de heurter le spectateur, et pas de le séduire par le physique des personnages.

       

    M. Veluire

     

    Mais qu'en est-il de Lucius ?

       

    Mme Charbonnier

     

    Que voulez-vous dire ?

       

    M. Veluire

     

    Vous êtes professeur d'histoire, n'est-ce-pas ?

       

    Mme Charbonnier

     

    C'est exact.

       

    M. Veluire

     

    Alors vous devez savoir que Lucius n'a jamais existé ?

       

    Mme Ligier

     

    Ah bon ? Mais à quoi sert-il dans ce film alors ?

       

    Loana

     

    Oui, à quoi sert-il ? Là pour le coup, je ne sais pas non plus.

       

    Mme Charbonnier

     

    Eh bien en fait, je ne sais pas si vous avez remarqué le rapprochement entre Lucius et Maximus, mais c'est un peu de là que part le problème.

       

    Bastien

     

    Oui, ils s'apprécient. Et alors ?

       

    Mme Charbonnier

     

    Eh bien justement. Lucius, en parlant trop, provoque involontairement l'affrontement entre Commode et Maximus. C'est donc un élément déclencheur.

     

       

    Mme Medina

     

    Ce n'est pas un simple élément déclencheur. Il y a une sorte d'amour paternel et filial dans cette affaire, vous savez. Lucius a perdu son père, et Maximus a perdu son fils, ce qui crée une relation entre eux, mais indirectement, encore une fois.

     
       

    Mme Ligier

     

    Mais comment le film se serait-il passé, s'il n'avait pas été là ?

       

    Mme Mirales

     

    Il y aurait eu un autre scénario, une autre histoire. Je pense que l'ajout de ce personnage a rendu plus simple le dénouement du film.

       

    Mme Ligier

     

    D'accord. Mais j'ai remarqué qu'au début du film, Maximus dit « Fratres ». Qu'est-ce-que cela veut dire en fait ?

       

    Mme Charbonnier

     

    Monsieur Veluire, à vous la parole sur ce point là.

       

    M. Veluire

     

    Eh bien cela signifie « Frères ». C'est une apostrophe qui montre en fait l'importance que le général accorde à ses soldats, mais encore une fois c'est une erreur.

     

       

    M. Lefebvre

     

    Est-ce une erreur d'aimer ses soldats au point de les considérer comme des frères ?

       

    M. Veluire

     

    A vrai dire, non, ce n'est pas un problème. Il peut le penser, mais le dire n'est en réalité pas très juste. Ces soldats sont avant tout des citoyens, il aurait donc dû les appeler « Cives » s'il avait vraiment voulu s'adresser à eux. Vous comprenez ?

     
       

    Mme Ligier

     

    Oui, je comprends très bien. Mais peut-être que cette erreur est voulue, après tout ?

       

    Loana

     

    Oui, je pense. On voit au début du film une très bonne entente entre le général et les légionnaires. C'est déjà une preuve de fraternité entre eux, et le mot « Fratres » dans son petit discours sert simplement à exprimer son amitié, son attachement envers les soldats.

     
       

    Mme Charbonnier

     

    En effet, oui. Je pense qu'il n'y a pas d'autre explication plus rationnelle. Mais étant donné que vous êtes étudiants et que vous avez déjà abordé les chapitres d'histoire ancienne, vous rappelez-vous comment on s'adressait à l'empereur à cette époque ?

     
       

    Loana

     

    Alors là… Aucune idée, vraiment. Je ne m'en souviens plus.

       

    Bastien

     

    Je pense savoir. Est-ce qu'il n'y a pas un lien avec le surnom « César » ?

       

    Mme Charbonnier

     

    En effet, il y a bien un lien avec ce surnom tellement célèbre. Ils l'appelaient « CAESAR ».

       

    M. Lefebvre

     

    Et...? Pourquoi cette petite parenthèse, madame ?

       

    Mme Charbonnier

     

    Eh bien cette parenthèse de ma part car il se trouve un bel anachronisme dans les scènes d'adresse des légionnaires envers Commode ou Marc Aurèle.

       

    M. Lefebvre

     

    Lequel ?

       

    Mme Charbonnier

     

    C'est le fait qu'ils les appellent tous les deux « SIRE » au lieu de « CAESAR ». C'est pourtant le terme qu'employaient tous les Romains en s'adressant à l'empereur, quelle que soit leur place dans la société romaine. Donc voilà encore une petite erreur qui dérange un peu lorsqu'on est professeur d'histoire...

     
       

    M. Lefebvre

     

    D'accord, je comprends. Les personnages des Sénateurs m'intéressent beaucoup, vous savez. Vous n'allez quand même pas me dire qu'eux aussi ont commis des erreurs dans leurs dialogues ?

       

    Mme Charbonnier

     

    Comme je suis professeur d'histoire, j'ai encore repéré quelque chose.

       

    M. Lefebvre

     

    Ah ! Eh bien allez-y de nouveau, je vous écoute, je suis tout ouïe !

       

    Mme Charbonnier

     

    La réponse est très simple, monsieur. Après la bataille du début, Maximus discute avec des Sénateurs. L'un d'eux, républicain, affirme que "Rome a été fondée comme une république". C'est totalement faux : Rome fut fondée en 753 avant J-C, selon la tradition que connaissaient tous les Romains, par Romulus, qui fut son premier... roi ! Et Rome fut une royauté de 753 à 509 avant J-C. C'est justement parce qu'il voulait rétablir la royauté que Jules César fut assassiné en 44 avant J-C. L'affirmation de ce Sénateur est donc ahurissante : c'est somme si un député français prétendait que Clovis était républicain...

     
       

    M. Lefebvre

     

    Donc en réalité, c'est une erreur assez grossière, d'après ce que vous me dites.

       

    Mme Charbonnier

     

    Mais si toutes les erreurs de ce film correspondaient à la réalité, elles auraient changé l'histoire entière. Donc en fait, chacune a son importance .

       

    Mme Ligier

     

    Oui. En y réfléchissant bien, tout serait différent.

       

    M. Veluire

     

    Par exemple, la mort de Marc Aurèle ne correspond pas du tout à la réalité. Dans le film, Commode assassine son père, alors qu'en fait l'empereur Marc Aurèle est mort de la peste en 180, sur les bords du Danube.

       

    Loana

     

    Tout cela est passionnant mais… Pourrions-nous aborder maintenant les erreurs de tournage, s'il vous plaît ?

       

    M. Veluire

     

    En as-tu repéré ?

       

    Loana

     

    Oui, j'en ai vu une qui est facilement repérable. Quand Maximus va sauver sa femme, on peut voir qu'il a une drôle d'attitude sur son cheval. En regardant mieux, on s'aperçoit qu'il monte à cru (sans équipement pour le cheval : selle, étriers, couverture) alors que dans les scènes précédentes et suivante, le cheval est équipé.

     
       

    M. Veluire

     

    Ah ! eh bien tu as de bon yeux, car même moi je ne l'ai pas vu, alors que Dieu sait à quel point je repère tout ce qui ne va pas. Mais moi j'en ai une autre.

       

    Loana

     

    Une autre erreur de tournage ?

       

    M. Veluire

     

    Avant l'ultime combat de Russell Crowe et Joaquin Phoenix, ces derniers prennent un monte-charge dans lequel il y a quelques soldats épars. Mais quand tout le monde arrive dans l'arène, les soldats sont beaucoup plus nombreux.

     
       

    Bastien

     

    Oui ! Je l'ai également remarqué ! Ils sont peu nombreux, et après ils sont en grand nombre. Mais je pense que c'était pour mieux voir Maximus et Commode lors de leur entrée dans l'arène, car quand on observe bien, ils sont tout de même beaucoup à sortir du monte-charge juste après, donc bon…. Le caméraman n'aurait pas pu se placer avec autant de soldats dans un si petit espace : je pense donc c'était fait exprès, je suppose.

     
       

    Mme Charbonnier

     

    C'est une explication rationnelle ! Merci Bastien. Mais moi j'ai remarqué autre chose d'assez bizarre dans l'arène, quand Maximus meurt. Sous sa tête, on peut voir une bosse de sable. Je ne sais pas pourquoi, mais en tout cas il y en a une.

     
       

    Loana

     

    Peut être que l'acteur était un peu fragile de la tête...

       

    Mme Charbonnier

     

    Je ne sais pas du tout. Pourtant il a réalisé la plupart de ses combats sans doublure...

       

    M. Veluire

     

    Moi, c'est autre chose qui me chagrine, et on peut le remarquer facilement. C'est une erreur très simple à voir ! Lors de l'assaut des soldats contre les gladiateurs dans leur enceinte, le gladiateur grand costaud est tué de plusieurs flèches. Mais on le revoit sur la scène finale après la victoire de Maximus sur Commode.

     
       

    Mme Charbonnier

     

    Tant qu'à faire, j'ai aussi vu une petite erreur toute simple. Lors de la tentative d'exécution de Maximus, ce dernier réussit à se dégager en cognant la tête du soldat, alors que ce premier est à genoux et l'autre debout. Dans cette même scène, lorsque Maximus utilise l'épée par la lame et qu’il fauche le visage d’un prétorien, nous pouvons clairement remarquer sur le plan suivant que la lame de l'épée ne porte aucune trace de sang.

     
       

    Mme Ligier

     

    C'est un oubli, en fait. Ils ont oublié de tourner l'autre partie de la scène avec le sang. C'est une erreur qui arrive souvent dans les films avec des combats d'épées.

     
       

    Mme Charbonnier

     

    Mais ce n'est pas fini ! En tant que professeur d'histoire, je connais la quasi-totalité des types de morts dans chaque période. Or la femme et le fils de Maximus ont soi-disant été cloués sur la croix, mais on remarque effectivement qu'ils ont été pendus. Double erreur : les citoyens romains n'étaient jamais crucifiés, puisque leur ultime privilège était de se faire couper la tête en cas de condamnation à mort. Donc ils n'auraient pas pu être pendus sans leur tête, ou alors les soldats se sont franchement acharnés.

     
       

    Christa

     

    C'est un détail assez dégoûtant...

       

    M. Veluire

     

    Il y a plusieurs fautes de latin. Regardez l'inscription sur la plaque de l'entrée de l'école des gladiateurs :

     

     

       

    Loana

     

    Oui, j'ai fait du latin et il y a bien une faute. Normalement, un bon latiniste aurait écrit : « Ludus Magnus Gladiatorum ». De même que le lanista ne devrait pas s'appeler Proximo, mais Proximus. Proximo est un datif.

       

    Mme Charbonnier

     

    C'est bien trouvé, Loana. Mais pour en revenir aux questions vraiment importantes, nous aurions dû parler tout à l'heure, à propos du nazisme, du lien entre Commode et Hitler… Ridley Scott compare implicitement la manière romaine de dominer les peuples pour imposer la paix (la pax romana), avec la manière américaine de dominer les peuples, quitte à utiliser la force (c'est la pax americana). De plus, du fait que le régime de Commode est caractérisé comme totalitaire, il invente la fiction d'un retour à la République, car les Américains sont certains que c'est le meilleur régime politique. D'autre part, cette petite fiction met en valeur les Etats-Unis, car cela prouve qu'ils ne se sont pas battus pour rien en voulant imposer cette pax Americana, notamment en luttant contre les dictateurs du Proche-Orient. C'est assez intéressant, je trouve, pas vous ?

     
       

    Mme Medina

     

    Pensez-vous que le peuple américain entier ait songé à une telle comparaison ? Qu'il se soit rendu compte de ce message ?

       

    Mme Charbonnier

     

    Non, je ne le pense pas, mais certains intellectuels ont pu faire le rapprochement, même si ce n'est pas le cas de tout le monde.

     

       

    Mme Medina

     

    Mais la bataille de Germanie, si l'on y réfléchit bien, est un exemple indirect de cette « pax americana» à travers le monde ?

       

    Mme Charbonnier

     

    Oui, c'est exact. Cette bataille transpose l'intervention de l'Amérique à travers le monde entier, selon le point de vue de Ridley Scott.

       

    Mme Medina

     

    Très bien… A présent, après l'évocation de toutes ces erreurs et de ces interprétations historiques, avez-vous autre chose à ajouter ?

       

    Mme Charbonnier

     

    Non, pas en ce qui me concerne.

       

    M. Veluire

     

    Moi non plus. Les erreurs que nous n'avons pas mentionnées sont bien plus complexes à expliquer sur le plan technique, historique etc..

       

    Mme Medina

     

    Très bien. Loana, Bastien, Christa, Carole, n'avez-vous rien d'autre à ajouter ?

       

    Christa

     

    Je pense que j'ai tout dit.

       

    Bastien

     

    Moi aussi.

       

    Carole

     

    Tout a été dit, je n'ai rien à ajouter.

       

    Loana

     

    Je pense moi aussi avoir tout dit et je suis de votre avis, monsieur Veluire : les erreurs qui restent à signaler seraient bien trop complexes à expliquer. Nous avons dit l'essentiel, je pense, et le plus important.

       

    Mme Medina

     

    Eh bien nous vous remercions toutes et tous pour vos interventions : j'ai trouvé ce débat fort intéressant. Y avoir participé avec vous était un plaisir.

       

    Mme Charbonnier

     

    Je pense aussi que nous avons eu de bons étudiants pour nous aider parfois à approfondir jusque dans les détails. Merci à vous tous, c'était très agréable.

     

     

     


    Sona T. et Jérémy P., 203